Actualités

26 août 2014

Les lecteurs du Salon du Manuscrit ont lu et commenté «  »Les Yeux d’Ulysse »

Joseph 7 juillet 2014 / Une belle accroche, les personnages sont bien campés.

beatrice leloup 16 juillet 2014 Beaucoup de sensibilité et un sens aigu de la narration

Olivier Kawak  11 août 2014 00:49J’aime beaucoup votre façon d’écrire et vos personnages. Je vote pour ce texte.Dur de lire les traitements infligés aux animaux, malheureusement ça ne doit pas être exagéré  »

Benedicte Vidor 15 août 2014  Une tres belle entame, on « rentre  » tout de suite dans le texte. Marco siegfried qui est noyé dans sa banalité avec une Ginette qui fait peur par sa bétise. Les sévices sur les animaux sont intolérables, j’ai eu du mal…mais c’est ça partager une émotion. Charlotte Bardon

15 août 2014   OUF…Que de violence . · Tres beau texte au style fouillé. J’ai hâte de le voir en souscription. »

Isabelle Pierre-Durand 15 août 2014  TRES tres bien écrit. beaucoup de style

yves castilla 22 août 2014  OUF……Dur et magnifique

 ****

LIBRAIRIE DES INCONNUS  

www.lalibrairiedesinconnus.com/elisabeth-huber_ws159338.wsbl#AnchorB21249426 – A A 31.08.2014 / Depuis  le 7 août 2014  ma page « Carnet d’Adresses » a reçu 345 visites –

INTERVIEW du dimanche 24 août 2014

http:// interview76.blogspot.fr/2014/08/interview-de-elisabeth-

1/ La première question qui me vient à l’esprit est : mais qui est Elisabeth Huber?

Descendante par mon père d’une famille auvergnate, j’ai bien connu les vacances à la ferme, les temps de fenaisons, de moissons et de batteuses, les hivers frileux au coin du fourneau et puis les études, la vie, les enfants, le professorat en France et en Afrique, un second mariage, l’installation en Suisse où, après douze années de secrétariat de direction dans les banques, je suis entrée en écriture en 1992. Metapsychisme, grands et petits assassinats de l’existence, cynisme des puissants, spoliation, pillage, spéculation, commerce et manipulation du vivant, chaque livre a son thème. Piégés dans les sombres mouvances de l’Histoire ou prisonniers d’une fourmilière humaine sans pitié pour les plus faibles, mes personnages n’ont que le choix d’obéir à leur destin.

2/ Depuis quand écrivez-vous ?

Depuis l’école primaire. des poèmes, de courtes nouvelles, que les circonstances ont dispersés au quatre vents

3/ Est ce la première fois que vous éditez un ouvrage ?

Non. Auteur d’un premier recueil de nouvelles « Les gouttes d’Acide » et de deux romans “L’Ombre du Bison Noir” et “L’Oiseau Rouge-gorge” tous trois publiés à l’Age d’Homme (Lausanne) j’ai écrit depuis , outre un deuxième recueil de nouvelles « Bouillon Brûlant », cinq autres romans « Les Noces de venin » « Restrictions » , »Destination Pedigree » « Concerto Auvergnatt » et le tout dernier né « Les yeux d’Ulysse »

4/ Quel est le conseil le plus important qu’on-vous-ai donné ?

Surtout , ne pas renoncer.

5/ Vous avez sûrement des habitudes, des rituels… Comment travaillez-vous ?

Peu d’habitude dans mon travail. Je travaille, à l’ ordinateur, face au mur, souvent en musique,et généralement théière à portée de main. Quand un livre est en marche, il m’arrive de me réveiller en pleine nuit pour travailler jusqu’au matin. Il m’arrive aussi oublier d’aller dormir ou de manger. Mais je sais aussi être raisonnable et me tenir à quatre cinq heures d’écriture quotidienne.

6/ D’où puisez-vous votre inspiration ?

Dans l’actualité, à travers les témoignages et les faits divers, au hasard des fractures et mesquineries de nos vies, mais aussi et souvent dans la lecture d’ essais ou d’ouvrages consacrés au grands questionnements de notre époque, la fin du travail, la procréation assistée, l’informatisation de la société, les drames et solitudes de la vieillesse, le racisme…

7/ Comment construisez-vous vos personnages ?

Je ne les construis pas, ils arrivent, s’installent et s’imposent avec leurs illusions, leurs querelles, et leurs obsessions. Et gare à moi si je me trompe dans les prénoms ou s’il me vient l’idée de les diriger vers des voies qu’ils n’entendent pas emprunter… Le meilleur exemple est sans doute celui du jeune Eddy, ce gamin qui, molesté par sa mère en fureur, bascule tête en avant sur un récipient d’eau en ébullition. Transporté à l’hôpital il va perdre un oeil. Je me appelle encore comment à ce point de récit, le roman s’est mis à boiter et cela jusqu’au jour où, revenue sur les détails de cette scène, j’en ai enfin saisi la portée et compris le rôle qui devait être celui du jeune blessé (Destination Pedigree)

8/ Vous identifiez-vous à eux ?

Non, Ce sont eux qui décident et m’entraînent. En période d’écriture je vis comme sous l’effet de longues poussées de fièvre., Bénignes en leurs débuts puis de plus en plus fortes, elles ne cèdent que, lorsque le roman où, le récit enfin achevé, tout le monde s’en va et me renvoie froidement à l’ordinaire du quotidien.

9/ Quel conseil donneriez-vous aux amateurs d’écriture ?

Le même que celui qu’Ernest Hemingway donnait aux néophytes de son entourage : Lisez, lisez, Imprégnez-vous de texte.

10/ Quels sont vos auteurs préférés ?

StefanZweig, Hermann Hesse, Georges Perec, Luigi Pirandello, Ernesto Saramago, Charles Baudelaire, Graham Green, Lao She…

11/ Que lisez-vous en ce moment ?

Je relis. Les frères Karamazov, La Peste, La Puissance et la Gloire, Les origines du Totalitarisme.

12/ Pouvez-vous nous parler de votre dernier livre publié ?

« Les Yeux d’Ulysse » . Maltraitance, abandon, trafic et vivisection Plus qu’un roman façon polar, une violente dénonciation de la barbarie et de la désaffection dont l’humain peut être capable envers les animaux. L’atmosphère est pesante, nourrie d’une cruauté malheureusement inspirée de faits réels. Mais on y entend aussi la voix de ceux qui se battent pour assurer protection et dignité à des bêtes sans défense.

13/ Où peut-on se le procurer ?

en version livre sur : www.TheBookEdition.fr en version numérique : www. amazon fr : Elisabeth HUBER : boutique Kindle

14/ Travaillez-vous de nouveaux projets ?

Un recueil de nouvelles.

15/ Avez-vous des dates d’événements à venir ?

26 octobre 2014 , à minuit, retour de l’heure d’hiver, marrons chauds, labours et sous.-bois craquants de givre.

16/ Où peut-on suivre vos actualités ?

sur facebook : Elisabeth Huber sur mon site : www.auteurenweb.ch

 ****